RE: Comment arriver à l’autonomie financière ?

 

 

Fouad Novice Demandé sur 27 juillet 2020 dans Conseils Pratiques.
Ajouter un commentaire
1 Réponses

Rationnellement, Il n’y a que 3 moyens de devenir riche:

  1. Vendre son temps et ses compétences: C’est la méthode traditionnelle que l’on nous apprend depuis qu’on est enfant, c’est évidement la moins rentable au niveau investissement, vendre son temps est irrécupérable, à moins qu’on rachete le temps de quelqu’un d’autre qui est prêt à en vendre. C’est la méthode à privilégier lorsqu’on part de 0, il faudra ensuite appliquer la méthode 2 lorsqu’on a accumulé de quoi investir.
  2. Prendre des risques: Jouer, investir, monter une entreprise, contourner la loi, etc. La régle est simple plus le risque est grand plus les gains peuvent potentiellement être gros.
  3. Naître riche: évidement.

L’attaque double:
L’attaque double, aussi connue sous le nom de « fourchette », est une tactique au jeu d’échecs qui entraîne souvent la victoire, ou un avantage conséquent pour le reste de la partie. Dans sa version classique elle consiste à mettre en échec le roi adverse et attaquer la dame en même temps. Le mouvement de protection du roi est forcé pour l’adversaire, il laisse donc sa dame se faire manger par le cavalier.

Il est donc important de capitaliser le temps et l’énergie que l’on fourni pour une action ou un travail, et faire en sorte qu’elle puisse nous profiter sur deux plans.
Par exemple un étudiant peut passer énormément de temps à rendre son devoir ou sa thèse de fin d’année, mais utiliser ce travail pour créer dans la foulée une entreprise dans ce domaine, on souhaite être embauché en tant que salarié pour travailler et toucher un salaire, mais on crée également en parallèle un réseau dans l’entreprise pour rencontrer les bonnes personnes afin de s’en servir dans de futurs projets ou simplement monter dans la hiérarchie, on achète et s’endette pour un appartement ou une maison, afin d’y habiter et s’exonérer des coûts de location, mais on anticipe d’avance la plus-value que l’on va faire à sa revente dans les 10 ans. Les exemples sont nombreux et infinis.

Mieux vaut être généraliste que expert dans un unique domaine:
Il vaut mieux être instruit à 70% dans plusieurs domaines qu’être à 100% expert d’une seule discipline. Evidemment l’idéal serait d’être expert dans tous les domaines, mais soyons réaliste de part la nature mortelle de l’homme nous n’avons que le temps d’explorer tous les domaines du savoir, sans avoir la possibilité d’être spécialiste en tout. La raison est que l’apprentissage d’une discipline pour devenir initié ou confirmé est relativement court, mais le passage de confirmé à expert est extrêmement long. Savoir programmer correctement et vendre correctement, est bien plus pertinent que d’être un expert en programmation ou juste un expert en vente si on veut tendre vers le succès. L’avantage d’être un polymathe, même de manière rudimentaire pour certains sujets, est que l’on possède une vision bien plus claire des problèmes que l’on souhaite résoudre, et que dans la solution que l’on souhaite apporter, on peut anticiper ce que l’on ne sait pas, où et comment trouver l’information si nécessaire, et bien sur pouvoir s’entourer des bonnes personnes sans se tromper.

On joue contre le temps, pas contre le manque d’argent:
L’argent part et revient, les amis aussi, mais jamais le temps.
Le focus doit être concentré sur l’aboutissement d’un projet, le plus rapidement possible pour offrir quelque chose de viable et d’utilisable. La création d’un MVP (minimal viable product) en un temps record est l’objectif premier, ainsi on saura si notre projet compte, et que plus de temps peut être accordé à ce projet, ou si on peut passer à autre chose car notre projet n’intéresse personne. Il faut se confronter au marché le plus rapidement possible.

Aider gratuitement:
Ça peut paraître contre intuitif pour quelqu’un qui veut devenir riche de travailler gratuitement, mais offrir ses services pour aider quelqu’un crée une dette émotionnelle. A votre tour lorsque vous aurez besoin des compétences de cette personne elle sera là pour vous. Évidement il faut appliquer cela dans une communauté que l’on aime, ou auprès de quelqu’un qui à l’état d’esprit entrepreneur. J’écris bien « aider » gratuitement, pas « travailler » 🙂

Se dissocier de toute idéologie, patrie, drapeau ou parti politique:
On ne vous en voudra jamais de ne pas être de gauche, de ne pas être de droite, de ne pas être religieux, mais on peut vous caractériser et vous enfermer dans un archétype si vous affichez vos opinons publiquement. Faire partie d’un clan, c’est être contre un autre clan. On associera vos idées, et vos valeurs à ce que vous voudrez vendre, l’agnosticisme est donc à privilégier lorsqu’on communique avec des gens qu’on ne connait pas. Et n’oubliez pas qu’on s’en fou un peu des gens qui ont des opinions, on a tous des opinions, on préfère les gens qui ont des solutions.

Etre data-driven:
I’intuition est probablement la pire de vos alliés si vous la présentez sans data.
Surtout qu’il est impossible de communiquer ou convaincre avec comme seul argument votre intuition.
Etre data-driven vous oblige à journaliser les faits, les mesurer, les analyser et enfin les corréler, le but est de comprendre les causes et d’anticiper les conséquences, ensuite vous pouvez prendre une décision.
De nombreux sites web utilisent ces techniques pour améliorer l’expérience de leurs utilisateurs, détecter les comportements de surf sur leurs applications le but étant de trouver l’architecture idéale qui favorise les utilisateurs à acheter, à rester ou à revenir.
Vous vous doutez que les entreprises utilisent également ce procédé pour leurs nouvelles campagnes publicitaires, ou encore le calibrage de leurs prix.
En général on applique cela dans un processus itératif comprenant: une phase de test de l’offre, récolte de feedback des utilisateurs, réajustement de l’offre, test l’offre de nouveau, etc..
Etre data-driven vous permet, dans la mesure ou vous savez interpréter les datas, prendre des décisions rationnelles, qui prennent en compte votre environnement, vos concurrents, vos utilisateurs, leur profil, leur culture.
Car il faut toujours se remémorer qu’on ne change pas un marché avec l’intuition qu’on a une idée de génie, il faut écouter un marché pour au mieux s’y adapter.

Novice Répondu sur 1 août 2020.
Ajouter un commentaire

Votre Réponse

En publiant votre réponse, vous acceptez les règles de confidentialité et les conditions d'utilisation.